L’enseignant de mon enfant dit qu’il est en difficulté, que faire ?

Quelques remarques dans le cahier ou le bulletin périodique puis l’enseignant vous rencontre pour aborder les difficultés votre enfant : petit éclairage sur une situation ordinaire.

André Giordan, Daniel Favre, Jean-Pierre Astolfi ou Yves Reuter : nombreux sont les chercheurs à travailler sur la question de l’erreur. Face à une tâche, l’élève passe habituellement par des essais, du tâtonnement expérimental, des erreurs, des échecs,… Tout ceci est tout à fait normal car inhérent au processus d’apprentissage.
De fait, il est important d’accorder à l’enfant un droit à l’erreur pour ne pas risquer de le bloquer ou de dégrader son estime de soi. En classe, les erreurs apportent de nombreuses informations à l’enseignant : retour sur sa pédagogie, la stratégie utilisée par l’élève ou ses besoins.

Des solutions dans la classe

Parfois, la difficulté ponctuelle ne laisse pas place à la réussite sur une notion travaillée en classe. L’enseignant va aller mettre en place une différenciation pédagogique au sein de la classe. Il peut ainsi changer de stratégie, varier les supports ou les modalités de prise en charge. L’objectif est ici de dépasser les difficultés passagères.

Si cela n’est pas suffisant, l’enseignant vous proposera certainement d’aider votre enfant lors des Activités Pédagogiques Complémentaires. Depuis 2013, les APC permettent d’apporter une aide supplémentaire en dehors du temps d’enseignement obligatoire. En petit groupe, seront plus favorables pour qu’il puisse progresser.

des solutions dans l’école

Parfois les aides mises en place ne semblent améliorer la situation. L’enseignant peut alors demander conseil aux autres enseignants de l’école ou mettre en place un décloisonnement dans une autre classe.

Il peut également faire appel au Réseau d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté. Le RASED fait partie du pôle ressources sous l’autorité de l’Inspecteur de l’Éducation nationale. Il se compose des psychologues EN et d’enseignants spécialisés : le maître E (pour l’aide à dominante pédagogique) et le maître G (pour l’aide à dominante rééducative). Les aides spécialisées peuvent intervenir à tout moment de la scolarité primaire et à ce stade vous serez informés que votre enfant va travailler avec ces enseignants.

En travaillant en co-intervention dans classe, en individuel ou en petit groupe, il participent à remédier aux difficultés scolaires durables. Le psychologue Éducation nationale peut également être amené à réaliser un bilan psychométrique (souvent appelé test de QI) pour déterminer ses atouts et ses faiblesses. Vous serez associés aux démarches et aux résultats. L’école pourra également vous inviter à une réunion d’équipe éducative qui permet de réunir toutes les personnes ayant une responsabilité éducative par rapport à votre enfant.

L’équipe éducative est très importante car elle permet de croiser les regards et de faire le point sur la scolarité de votre enfant. La suite dépendra des difficultés et de l’évolution de votre enfant. On peut vous détailler les aides apportées par l’école, vous proposer des suivis extérieurs, demander des examens complémentaires (dépistage d’un dys-) ou encore demander à la MDPH si l’enfant relève d’un dispositif de type ULIS.

des aides en dehors de l’école

Selon les difficultés, des suivis extérieurs peuvent apporter une aide pour améliorer les choses. La première chose à vérifier est toujours de nature sensorielle. De nombreux enfants ont une baisse scolaire simplement car ils ont une baisse auditive ou visuelle. Le plus simple est d’en parler à votre médecin.

D’autres professionnels peuvent intervenir en fonction des difficultés : structures (CAMSP, CMP), orthophonistes, ergothérapeutes, graphologues, rééducateurs, psychiatres, psychomotriciens,…
N’hésitez pas à poser vos questions aux membres du RASED ou au directeur d’école car c’est en général très complexe pour un parent de s’y retrouver. Le principal est d’être accompagné pour prendre les bonnes décisions. Vous pourrez ainsi apporter un parcours de scolarité pertinent et adapté à votre enfant.

 

 

2 réflexions sur « L’enseignant de mon enfant dit qu’il est en difficulté, que faire ? »

    1. Bonjour Jen,
      S’il en a besoin, votre fils peut bénéficier de l’accompagnement d’un AESH (nouveaux contrats des AVS) dans le cadre du PIAL pour cette année. C’est une compensation accordée par la MDPH, de fait il faut aborder la question lors de la réunion d’équipe éducative.
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *